« Avant tout, frères très chers, aimez Dieu, et delà, votre prochain ».

Ainsi commence la Règle de saint Augustin, elle répond à l’appel du Christ : « En cela, tous vous reconnaitrons pour mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » (Jn 13,35)

A l’appel de saint Norbert, les prémontrés veulent vivre l’idéal de la première communauté de Jérusalem, centrés sur l’eucharistie, vivant d’un seul cœur et d’une seule âme, assidus à la prière et mettant tout en commun, (Ac 2, 42 ; 4, 32).

Cet idéal ne va pas de soi !

Des anciens et des jeunes. Des intellectuels et des manuels. Des lents et des rapides. Des affectifs et des cérébraux. Des sportifs et des casaniers. Des expansifs et des méditatifs. Paris et la Province. La ferme et le château. Trouvez-en de vingt à quarante. Mettez-les dans une maison (plutôt belle, avec un jardin s’il vous plaît) mais, tout de même, entre quatre murs. Habillez-les tous pareils, en blanc, asseyez-les à côtés les uns des autres, à l’église, au réfectoire et à la table de travail. Pour toute leur vie.

viecom001viecom002viecom003

Petite communauté, les frères se connaissent bien, avec leurs beautés et leurs travers, leurs fragilités humaines et leurs grandeurs.

Comment vivre un amour fraternel concret avec de telles différences ? N’allez pas vous imaginer des hommes exceptionnels. Pécheurs, oui, ils le sont !

Apprentissage passionnant de toute une vie, long façonnement jamais acquis.

C’est du travail au quotidien que de s’aimer. Ça ne tombe pas du ciel ! (ou bien pas au sens commun). C’est sans doute parce qu’ils désirent vivre de l’Esprit du Christ, qu’ils entreprennent ce chemin.

Bien des petits détails permettent la croissance de la communauté. Avant tout, sans doute, la prière commune, l’harmonie du chant appelant l’unité des cœurs. L’attention donnée à chacun du père abbé et des prieurs, le chapitre presque quotidien où les frères peuvent s’écouter et échanger, le repas en silence où l’on écoute une lecture commune, mille et une délicatesses des uns et des autres.

Il y a quelque chose d’un peu fou dans cette vie commune. Mais la sagesse de Dieu est folie pour les sages, nous rappelle saint Paul. Ils croient qu’il y a du bonheur à suivre cette folie !

Le pari est il rempli ?

A vous de dire.

« Venez et voyez ! » (Jn 1, 32)

Les offices dans les prieurés

Inscription à la newsletter

Rechercher

Nos coordonnées

Abbaye Saint-Martin de Mondaye
14250 Juaye-Mondaye
Tél. 33 (0)2.31.92.58.11
Fax 33 (0)2.31.92.08.05
Nous écrire par email
logoabbayesnormandes logonormandiequalitetourisme