Jour

Les martyrs d'Allerheilingen (D) (Tous les jours)

Vers la fin du XVIe siècle, le protestantisme s’imposa en Alsace et dans la région de Strasbourg. La moitié des chanoines de la cathédrale passèrent à la Réforme. En 1594, les chanoines d’Allerheiligen choisirent Jacob Jehle comme prévôt. Le comte de Mansfeld, protestant, s’opposa à cette élection et exigea que Jehle lui remît les clés et les sceaux de l’abbaye, et qu’il abdiquât de sa fonction. Le nouveau prévôt, cependant, répliqua qu’il restait fidèle à la foi catholique et romaine et refusa d’abdiquer.

Les soldats du comte l’arrêtèrent et l’incarcérèrent dans la forteresse de Dachstein où il fut tué en 1595. Tous les autres religieux de l’abbaye restèrent aussi fidèles à la foi catholique. Les sept paroisses de l’abbaye refusant également de se soumettre à la Réforme, les protestants tourmentèrent les curés et les paroissiens. C’est ainsi que les deux curés prémontrés qui desservaient l’église d’Oberkirch, Laurent Mezger et Jacob Stamber, furent mis à mort.

François Colinet - Prémontré (F-Aisne) (Tous les jours)

François Colinet, né à Rethel-Mazarin en 1762, s’en vint frapper à la porte de Prémontré. Il fut admis à la profession en 1783. Ordonné prêtre en 1787, ses supérieurs l’envoyèrent à l’abbaye Saint-Martin de Laon. Après la suppression de l’abbaye en 1790, il exerça clandestinement son apostolat. Arrêté et incarcéré pendant six mois en 1794, il osa demander l’autorisation de desservir l’église de Saint-Martin. On le lui refusa, parce qu’il ne voulait pas prononcer l’acte de soumission aux lois de la République. Un mandat d’arrêt lancé contre lui en 1798 le conduisit à la déportation. Enfermé à l’île de Ré avec 1200 prêtres, il ne fut libéré qu’en mars 1800. Rentré à Laon, l’évêque lui confia la paroisse d’Ardon-sous-Laon. Pendant trente-trois ans sa vie fut un modèle de régularité, de dévouement et de charité. Il s’efforçait de renouveler la foi dans les âmes, mais il travaillait surtout à sa propre sanctification. Il resta très attaché à son ordre de Prémontré et à son abbaye, dont il gardait le souvenir à la fois doux et amer. Agé de 79 ans, il prit sa retraite. On dit qu’il y avait en François Colinet une dignité qui forçait le respect, un amour du silence, et comme un parfum de cloître qui attirait la vénération. Il s’éteignit doucement le 24 février 1850 à l’âge de 88 ans, entouré de l’estime universelle que lui avaient mérité ses vertus et son attachement inébranlable à la sainte Eglise. Il a laissé aussi quelques écrits.

Goovaerts I 131-133

Pierre de Mousson - Mureau (F-Vosges) (Tous les jours)

Elu abbé de Mureau, au diocèse de Toul, il trouva déplorable l’état de la discipline religieuse dans son abbaye. Pierre s’attacha donc à restaurer l’esprit de l’ordre de Prémontré chez ses frères. Il proposa aux plus rétifs de partir, et aux autres de s’amender. Mais quelques-uns nourrissaient des sentiments de vengeance : Pierre était devenu le pasteur d’une bergerie qui s’irritait contre lui. Il tentait pourtant, dans la charité, de faire revenir ses ouailles à une meilleure obéissance religieuse. En dépit de cette sollicitude, il fut cruellement massacré par les siens en 1387, et obtint la couronne des martyrs.

Catégories

Recherche d'événement

Inscription à la newsletter

Rechercher

Nos coordonnées

Abbaye Saint-Martin de Mondaye
14250 Juaye-Mondaye
Tél. 33 (0)2.31.92.58.11
Fax 33 (0)2.31.92.08.05
Nous écrire par emaillogonormandiequalitetourisme logoabbayesnormandes