back_abbatiale
1
2
3
4
5
6
7
8

L'église abbatiale

1

L'extérieur

L'abbatialeL'extérieur de l'abbatiale est marqué par sa belle tour octogonale et par sa noble façade. Ce dernier reproduit la formule, italienne d'origine, des églises dites de style jésuit : deux ordres de colonnes superposés couronnés d'un fronton. Elle apparaît ici dégagée de la soudeur primitive et, plus qu'ailleurs, peut-être, animée de ce léger éland qui seul a permis sa naturalisation en terre française. A n'en guère douter, il y a ici un souvenir de l'église Notre-Dame de Caen, récemment construite sur des plans approuvés par l'Académie royale d'architecture. Mais comme toujours, l'architecte de Mondaye Eustache Restout en imitant reste créateur : il harmonise et simplifie. La façade de Mondaye est une des plus élégantes et des mieux ordonnées du genre.

2

L'orgue Parisot

L'abbatiale - L'orgue Parisot L'orgue de l’église abbatiale a été construit en 1741, par un facteur d’orgues du nom de Claude Parisot, né vers 1704, à Etain en Lorraine.  Le monumental buffet d’orgue a été sculpté en chêne de Jupilles par l’artiste flamand Melchior Verly, sur un dessin du peintre Jean Restout, dont l’oncle Eustache Restout. Le grand orgue est comme l’achèvement de cet ensemble religieux unique en France. En savoir plus sur l'orgue Parisot de Mondaye...

La nef

La nefLa nef est la partie la plus considérable de l'abbatiale, comprenant six travées. De chaque côté, une série de hautes arcades établit communication avec les nefs latérales, renferment plusieurs autels. Au-dessus des arcades, le mur demeure plein sur un espace de peut de hauteur. Cet espace est orné de cercles et se termine en haut par une important moulure saillante, de dessin très simple, formant corniche. Les fenêtres de forme presque carrée sont absolument sans ornements. Les arceaux des voûtes descendent le long des murs et se reposent sur des culs-de-lampe à feuillages.

4

La croisée du transept

La croisée du transept La croisée du transept forme comme un immense et splendide ciborium abritant l'autel majeur. Les lambris qui revêtent la partie inférieur des piliers du transept présentent encadrées dans des médaillons dorés, des petites peintures au sujet du mystère eucharistique. Le sanctuaire est entouré par des grilles en fer forgé.

5

Le maître autel

Le maitre autel Le maître autel, masse imposante aux formes régence, se détache avec ses ors sur le fond sombre et chaud qui lui font les boiseries du chœur. Splendidement désigné comme centre de la religion chrétienne, l'autel eucharistique de Mondaye se situe juste sous la coupole, au point d'intersection de tous les axes de l'abbatiale : est-ouest, nord-sud, terre-ciel. L'autel été achevé en 1725. La déposition de croix qui l'orne côté nef rappelle le groupe du calvaire érigé au chevet de l'église. Du côté chœur, une messe de saint Martin est représentée avec au dessus de la tête du saint la boule de feu, symbole de l'Eucharistie et de la charité.

6

La coupole

La coupole Sur la coupole Dieu le Père glorifie son fils, le Christ présent dans le sacrement de l'Eucharistie. Cette vaste composition a été peint par P. Eustache d'après Le Brun présente une multitude d'anges et de figures allégoriques. Au milieu, le Père éternel, porté sur les ailes des chérubins. Autour du groupe central, la foule des anges s'empressent à faire disparaître les instruments de l'ancien culte, et les Vertus caractéristiques de la loi évangéliques, principalement la Charité, triomphent. La décoration de la couple se complète aux pendentifs par les figures des grands docteurs de l'Église, saint Augustin, saint Jérôme, saint Grégoire et saint Ambroise.

Le chœur

le choeurDans le chœur on admire les stalles et le lambris de chêne, beau travail de menuisier auquel s'ajoute discrètement une sculpture très sobre. Au-dessus de la stalle de l'abbé, au fond du chœur, se dresse le grand crucifix. Dans les niches de par et d'autre, les silhouettes de la Vierge douloureuse et de la Madeleine se tournet vers la Sauveur crucifié. Au-dessus du grand crucifix, un vitrail du XIXe siècle représente saint Norbert. Les statues d'autres évangélistes garnissent les autres niches, en alternance avec le quatre grands prophètes peints en camaïeu vert sur un fond bleuâtre.

8

La chapelle de la Vierge

La chapelle de la Vierge La chapelle de la Vierge s'ajoute à l'église sans en faire précisément partie. C'est une délicieux hors d'œuvre, où toutes les ressources du style classique du XVIIIe siècle sont déployées. Le retable en haut relief, représentant l'Assomption de la Vierge, est l'œuvre de Melchior Verly. On ne pouvait à Mondaye se payer ni le marbre, ni même probablement, la pierre. On a eu recours à un matériau plus humble, mais assez en usage alors dans des cas semblable, la terre cuite. Si, obéissant au geste de la Vierge, tendu vers le ciel, on lève les yeux vers la coupole, de fraîches peintures offrent au regards la Trinité même et toute la cour célest se préparant à recevoir la Mère de Dieu. Du geste, le Christ la présent au Père éternel : celui-ci étaend sur elle une main bénissant, tandis que les anges s'empressent au devant de leur reine.

Inscription à la newsletter

Rechercher

Nos coordonnées

Abbaye Saint-Martin de Mondaye
14250 Juaye-Mondaye
Tél. 33 (0)2.31.92.58.11
Fax 33 (0)2.31.92.08.05
Nous écrire par email
logoabbayesnormandes logonormandiequalitetourisme