2016 03 30 acedie JC NaultDans l’introduction de son ouvrage, dom Jean-Charles NAULT, abbé de l’abbaye bénédictine de Saint-Wandrille, explique au lecteur ce qui l’a conduit à creuser le thème de l’acédie : « la plupart de nos contemporains ignorent tout de l’acédie. […] Pourtant, si le mot acédie a été oublié, le phénomène qu’il recouvre, lui, n’a pas disparu » (p. 11). Ce petit livre, qui reprend le sujet d’une thèse publiée il y a quelques années, ordonne une série de conférences données à un large public. Ainsi, l’ouvrage est accessible à tous ceux qui, comme les moines bénédictins, essaient « de chercher Dieu sans relâche » (p. 9).

 

 

Quatre chapitres ordonnent le propos de l’auteur. Les deux premiers font la lumière sur deux grands penseurs chrétiens qui, à des époques différentes, ont réfléchi sur le mal du « démon de midi » et sur les remèdes proposés pour le contrer. Dans un premier temps, avec Évagre et les Pères du désert, nous découvrons comment l’acédie se manifeste dans nos vies par un dégoût généralisé et un lâche découragement. Les délicieux Apophtègmes des Pères du désert nous aident à illustrer cet antique propos par de courtes histoires faciles à méditer. L’exemple de la vie des premiers moines a dû résonner de manière toute spéciale dans le cœur de l’auteur, moine bénédictin. Mais il parlera aussi à nos contemporains qui vivent dans le monde. Puisque, finalement, Évagre et les Pères du désert nous enseignent la persévérance. Dans un second temps, l’auteur fixe notre attention sur saint Thomas d’Aquin qui a systématisé toute la pensée chrétienne. Il présente, lui aussi, les manifestations de cette passion de l’âme et la manière définitive de s’en sortir : « le remède extraordinaire à l’acédie, c’est donc l’Incarnation ! » (p. 62).

 

 

Les deux derniers chapitres du livre intéresseront le lecteur chrétien d’aujourd’hui. En effet, l’auteur présente d’abord « l’actualité de l’acédie dans la vie chrétienne », puis il met l’accent sur les différents états de vie proposés pour les baptisés (vie monastique, vie sacerdotale, vie conjugale) et présente les manifestations concrètes de l’acédie dans chacun de ces états de vie. Ce dernier chapitre est le point d’orgue de cet ouvrage qui s’adresse à tout baptisé. Le Cardinal Marc Ouellet, qui a préfacé le livre, l’avait bien repéré en précisant : « l’auteur a eu l’intuition que l’acédie […] ne concernait pas seulement les moines, mais qu’elle menaçait tous les états de vie et qu’elle touchait directement la relation de l’homme avec Dieu » (p. 6).

 

Parmi toutes les huit passions de l’âme – ou « péchés capitaux » - l’acédie est présentée par l’auteur comme l’une des plus subtiles à découvrir et à contrer. Elle s’immisce au milieu du jour de nos vies, quand tout semble aller bien. Elle affadit nos actions et nos pensées. Elle nous dégoûte d’une relation vivante avec Dieu. Le remède est simple : « le « démon de midi » ne peut être vaincu qu’en accueillant l’amour de Dieu et la sublimité de notre vocation » (p. 155). 

Inscription à la newsletter

Rechercher

Nos coordonnées

Abbaye Saint-Martin de Mondaye
14250 Juaye-Mondaye
Tél. 33 (0)2.31.92.58.11
Fax 33 (0)2.31.92.08.05
Nous écrire par email
logoabbayesnormandes logonormandiequalitetourisme