Jour
 
Lun. 22 Jan, 2018

Bernard Wancke - Hradisko (CZ) (Tous les jours)

Bernard Wancke en 1651 naquit à Olomuc, où fit ses humanités et étudia la philosophie. Il entra à l’abbaye de Hradisko et y fit sa profession en 1672. En 1678 il obtient le grade de docteur en théologie. Tour à tour professeur de philosophie et de théologie, il assuma vingt-six années durant la charge de prieur de la façon la plus exemplaire.

S’il maintint fermement la discipline, il fut en même temps le modèle et la consolation de ses frères qui le choisirent ensuite comme abbé en 1709. Il mérita le nom d’abbas marianus. Tout son temps libre était consacré à l’étude et à la composition de livres, mais sa grande joie était de chanter  les louanges du Seigneur dans le choeur. Il rédigea une vie de Saint Norbert et un hagiologium. Cet homme vénérable portait la passion du Christ dans son corps. Ses instruments de mortification, tachés de sang, ont été conservés dans l’abbaye de Hradisko. Il mourut saintement le 22 janvier 1714. Sa vie se résume à ces mots : « Il a vécu pour Dieu, pour la prière, pour l’étude ».

Ivo - Prémontré (F) (Tous les jours)

Ivo était un riche habitant de Soissons. Avec son épouse Helvide, ses deux fils et sa fille, il reçut l’habit de Prémontré. Il légua à Prémontré ses propriétés considérables et devint un humble frère convers. Il mourut saintement en 1136.

Jacques Panhausen - Steinfeld (D) (Tous les jours)

Jacques Panhausen naquit à Opoetren, dans le Limbourg Belge. C’est là qu’il apprit les éléments de la langue latine avant de poursuivre ses études à Liège chez les Clercs de la Vie Commune, et de les achever à Cologne. Il reçut l’habit blanc de l’Ordre à l’abbaye de Steinfeld où il occupa la charge de cellérier. Elu abbé en 1540, il dut administrer sa maison en un temps fort troublé. Son savoir, sa prudence, sa piété lui concilièrent l’amour de ses frères et la bienveillance des puissants. L’abbé général le nomma vicaire des circaries de Westphalie, de Saxe, de Pologne et de Moravie. Il réintroduisit partout la discipline et la vie régulière. Ainsi sa célébrité lui vint-elle surtout de son zèle au service de la réforme catholique, de la discipline religieuse et de la vie spirituelle des communautés de son ressort. Dans ses sermons capitulaires, il commentait la Règle de Saint Augustin selon laquelle les religieux prémontrés doivent contempler les éléments propres à déterminer leur vie canoniale, (ces préceptes concernant aussi bien les religieux que leurs supérieurs). Dans ses fonctions de cellérier, Jacques Panhausen avait accumulé une riche expérience de l’administration du temporel : cela lui permit de stigmatiser les prélats plus occupés de leurs bénéfices annuels que des progrès spirituels de leurs frères. Enfin, après avoir vécu en vrai religieux, enduré une infinité de fatigues et de dangers pour maintenir le bon ordre dans tous les couvents qui dépendaient de lui, et accompli de grandes oeuvres dans sa propre abbaye, il mourut saintement le 22 janvier 1582.

Martin Groenenschilt - Tongerlo (B) (Tous les jours)

Natif de Linter, Martin Groenenschilt fit profession à l’abbaye de Tongerlo en 1574. Prévôt du couvent des Norbertines du Jardin-Clos à Hérentals -, il fut rappelé à l’abbaye, le 10 décembre 1608, pour y remplir la charge de prieur. Mais sur les instances des religieuses, l’abbé Tsgrooten le laissa reprendre la direction du couvent. Il y remplit cette charge de prévôt pendant quarante-deux ans au grand profit matériel et spirituel de ses administrées. A l’âge de soixante-douze ans, atteint par la maladie, il démissionna et rentra à la communauté de Tongerlo. Il y mourut le 22 janvier 1629 à l’âge de soixante-seize ans.

Selon le témoignage de Sanderus, le prévôt Groenenschilt, qui aimait la solitude, fut un exemple de profonde piété et termina ses jours mortels en odeur de sainteté. Il écrivit et publia un recueil de méditations sous le titre : Lust-hof der godtvruchtighe meditatiën op het leven en lyden onses heeren Jesu Christi (Jardin de plaisance des pieuses méditations sur la vie et la passion de Notre Seigneur Jésus-Christ), Anvers 1623. Ces méditations furent rééditées par les soins d’Augustin Wichmans à Anvers en 1635 et 1655.

Catégories

Recherche d'événement

Inscription à la newsletter

Rechercher

Nos coordonnées

Abbaye Saint-Martin de Mondaye
14250 Juaye-Mondaye
Tél. 33 (0)2.31.92.58.11
Fax 33 (0)2.31.92.08.05
Nous écrire par email
logoabbayesnormandes logonormandiequalitetourisme