Gommaire Crets - Averbode (B)

Date: Jeu. 15 Fév, 2018
Durée: Tous les jours

Né à Broechem le 5 novembre 1858, Joseph Crets entra à l’abbaye d’Averbode, où il reçut l’habit blanc et le nom de Gommaire le 11 octobre 1878. Il fut ordonné prêtre le 3 juin 1882 à Malines. Il conquit ses grades à l’université de Louvain : maître et docteur en théologie en 1886. Rentré à l’abbaye, il devint professeur de théologie, et au début de 1887, circateur de la maison. Quatre mois plus tard, l’abbé décéda et la communauté choisit Gommaire Crets pour lui succéder. Il avait vingt-huit ans. Devenu l’abbé d’une modeste abbaye, il fut avant tout le père spirituel de sa petite communauté. Il attachait la plus grande importance à la célébration de l’office divin, qu’il voulait régulière, soignée, voire pompeuse aux jours de fête majeure. C’était un homme d’une profonde piété. Tant dans sa propre vie spirituelle que dans celle de la communauté, il se montra fidèle aux traditions religieuses et sacerdotales. Sa présence au choeur était la règle, excepté pour les complies, parce qu’il voulait rencontrer les frères qui revenaient de leur travail apostolique. Fréquemment il rendait visite au Saint-Sacrement, et le chemin de croix lui était familier. Chaque jour, tard dans l’après-midi, il se promenait dans la drève ou derrière la demeure abbatiale en égrenant son chapelet. En vrai fils de saint Norbert, il promut le culte de l’Eucharistie et la dévotion mariale. Ami des observances, il se montrait intransigeant quant au silence dans les lieux réguliers. Dès que lui-même entrait dans la clôture, il était en récollection et passait les mains sous le scapulaire. Il empêchait aussi les religieux de pénétrer dans les cellules de leurs confrères. Aimable envers tous, il appliquait l’art de l’accueil d’une manière joviale. Il sympathisait avec les prêtres séculiers, et les laïcs trouvaient aussi en lui un guide spirituel, car il inspirait confiance. Les religieux extra-conventuels, lors de leurs visites à l’abbaye, étaient reçus comme des frères. Inviter l’abbé chez eux leur procurait un véritable bonheur. Bref, l’abbé Crets était un chef, et un chef sympathique.

Selon sa devise, Pietate et scientia, il veillait à la qualité intellectuelle de la communauté. Il envoyait ainsi de nombreux frères aux universités de Louvain ou de Rome pour se former en théologie, philosophie, droit canon et aussi en sciences historiques.

Quand il devint abbé, cinquante ans seulement avaient passé depuis le retour des religieux à Averbode, après le désastre de la Révolution française. Les édifices en ruines n’étaient qu’à moitié restaurés. Avec compétence et bon goût, Gommaire Crets reconstruisit et embellit son abbaye. Le nombre des religieux augmenta considérablement. De 38 en 1887, il étaient 190 en 1930. L’abbé fit alors construire une nouvelle aile pour héberger dignement tant de nouveaux frères.

Lorsqu’il prit sa charge, il avait pu se féliciter de posséder une communauté vraiment dynamique et engagée. L’archiconfrérie de Notre-Dame du Sacré-Cœur, notamment, avait pris un envol étonnant. Les prémontrés d’Averbode avaient commencé à publier une revue : Le messager de N. D. du Sacré-Cœur et installé une petite imprimerie. L’abbé Gommaire encouragea leur apostolat. Après la guerre de 1914-1918, trois religieux suscitèrent la « Croisade Eucharistique » qui se propagea dans toutes les paroisses, soufflant un renouveau chrétien dans le pays. A la demande du pape Léon XIII, l’abbaye accepta d’envoyer des religieux au Brésil. Les premiers prémontrés partirent en 1896. Ils fondèrent plusieurs collèges et un petit-séminaire. Cet esprit missionnaire amena de nombreuses vocations à Averbode. En 1903, Mgr von Euch, vicaire apostolique du Danemark demanda au père abbé des prêtres pour son district. L’un d’eux, frère Ludolphe Brems, devint en 1922 évêque de Roskilde. Lors  du retour des prémontrés de Mondaye en 1921 dans leur abbaye normande, l’abbé Crets, accepta de prendre en charge l’abbaye de Bois-Seigneur-Isaac. De même, à la demande de son ami le cardinal Van Roey, il fonda un collège à Brasschaat. Cette œuvre, commencée en 1931, connut une expansion rapide.

Gommaire Crets a rendu aussi de grands services à l’ordre de Prémontré. En 1899, il devint Visiteur, et en 1897, Vicaire de l’abbé général pour la circarie du Brabant. Il donna son soutien à la réédition, en 1899, des Statuts de 1630, ainsi qu’à l’édition des livres liturgiques prémontrés : bréviaire du choeur, graduel, antiphonaire, processionnal. Il fut élu abbé général en 1922, mais demanda la permission de rester abbé de son abbaye. Comme il est écrit d’un de ses grands prédécesseurs à Averbode, Matthias Valentijns, Gommaire Crets fut Vir viriliter vir, pater paterne pater, non seulement pour les religieux de sa maison mais aussi pour les abbés des autres abbayes. Tous pouvaient compter sur lui : il était l’homme sage. Son grand souci était de tenir l’Ordre bien uni et sur la bonne route. Sous son généralat fut reconnu, en 1927, le culte immémorial du premier abbé de Prémontré, Hugues de Fosses.

En 1937, le P. Crets demanda d’être déchargé du généralat. En 1940, il réclama un coadjuteur, et démissionna de la charge d’abbé d’Averbode en 1942. Il avait été supérieur chez lui pendant cinquante-cinq ans et dans l’Ordre seize ans. En décembre 1942, toute l’abbaye fut ravagée par un incendie. Les travaux de restauration de cinquante années, les embellissements, tout périt dans les flammes, et lorsque mourut Mgr Crets, le 15 février 1944, le cortège funèbre passa devant les ruines du quartier abbatial, où il avait résidé pendant un demi-siècle. Tous ceux qui l’ont connu ont conservé de l’abbé Gommaire Crets le souvenir d’un prémontré authentique et d’un père dévoué et attachant.

Recherche d'événement

Inscription à la newsletter

Rechercher

Nos coordonnées

Abbaye Saint-Martin de Mondaye
14250 Juaye-Mondaye
Tél. 33 (0)2.31.92.58.11
Fax 33 (0)2.31.92.08.05
Nous écrire par email
logoabbayesnormandes logonormandiequalitetourisme