Intention de prière ?
Jour

Jean Pelcoq - Mondaye (F) (Tous les jours)

Né à Juaye-Mondaye le 7 novembre 1878, Jean Pelcoq se présenta au noviciat de l’abbaye de son village le 14 octobre 1897, et reçut l’habit blanc des mains du P. Godefroid Madelaine, le prieur qui gouvernait l’abbaye depuis l’exil de l’abbé Willekens en 1880. Le jeune et brillant élève qu’il avait été fut remarqué à Mondaye : dès 1900, on l’envoya à l’université grégorienne de Rome pour y conquérir ses grades. Licencié en théologie, en droit canonique, puis docteur en philosophie de l’Académie Saint-Thomas et finalement docteur en théologie : le cursus fut dense, mais le frère Jean n’y perdit ni son humilité ni cette indépendance d’esprit qui faisait, au dire de ceux qui l’ont connu, le charme de sa pensée.

Lorsque ses études romaines prennent fin, en 1904, le P. Jean rentre à Mondaye non pas en Normandie, mais dans l’exil belge, à Bois-Seigneur-Isaac, où la communauté s’est réfugiée. Nommé professeur de théologie dogmatique, il inaugure une carrière de quarante ans d’enseignement. Sous-prieur en 1909, il est prieur en 1915, pour remplacer le P. Exupère Auvray, devenu abbé. C’est lui qui organise le retour en France – cinq wagons de chemin de fer transportent les biens de la communauté – en 1921. Dans cette époque de la reconstruction de la communauté en Normandie, après un long éloignement, le P. Jean fut un élément essentiel, dispensant aux jeunes recrues son savoir et son sens spirituel. Homme de goût, passionné de musique grégorienne, d’architecture et de peinture, il étudia très attentivement les beautés de l’abbaye, et fit un livre de ses découvertes. La mémoire vive, chez lui, servait un esprit lent et profond, dont il ne fallait pas attendre des réponses rapides, mais des réponses réfléchies et pénétrantes. Le gouvernement lui coûtait, et il dut l’exercer longtemps – notamment en 1943, quand la vacance du siège abbatial fit de lui l’Administrateur de la maison, quatre années durant. A partir de 1948, toujours prieur, il fut pris de rhumatismes paralysants, et sa fin arriva comme une délivrance, le 11 septembre 1950.

Le P. Jean laissa le souvenir d’un homme spirituel, à la vie intérieure lumineuse et exigeante, qui vécut pour lui-même et avec ses frères une vie d’obéissance et de charité.

Jean Coomans et ses compagnons-Tongerlo (B) (Tous les jours)

En 1629, sur les instances de Gaspar de Questemberg, abbé de Strahov, plusieurs religieux des abbayes de Belgique se rendirent à Magdebourg, dans le but de combattre le luthéranisme et de restaurer la discipline canoniale dans le monastère Sainte-Marie, fondé autrefois par saint Norbert lui-même. Les noms de ces vaillants missionnaires sont dignes de passer à la postérité. C’étaient Chrétien Roelofs et Josse De Clerck, de l’abbaye de Ninove, Prosper Moriconi de l’abbaye de Saint-Michel d’Anvers, Gilles Caesens et Henri Boechout de Grimbergen, Jean-Baptiste Van den Bossche de l’abbaye du Par et Jean Coomans de l’abbaye de Tongerlo.

Nicolas Strechaeus d’Averbode, qui se préparait à l’université de Louvain pour cette mission, mourut en janvier de cette année, avant de pouvoir partir. Après des labeurs magnanimes, ils durent revenir en 1632, lors de l’invasion des Suédois, à l’exception de Gilles Caesens, qui fut massacré par des protestants le 14 juin 1629, le jour même de la Fête-Dieu.

Au retour de Magdebourg, Jean Coomans remplit à Tongerlo les fonctions de prieur puis de proviseur. En 1636, il fut président du collège prémontré de Rome, et procureur de l’Ordre. Le Pape Urbain VIII, appréciant son zèle et ses talents, lui accorda le titre de docteur en théologie. Un bref pontifical, émanant de la Congrégation de la Propagande et daté du 15 mars 1644, lui donna en outre le titre de prévôt de Magdebourg, avec tous les pouvoirs de missionnaire apostolique dans la Saxe électorale et le Brandebourg. En route pour sa nouvelle destination, il tomba malade en Bavière et mourut le 8 octobre 1644, à l’âge de 54 ans. Il fut inhumé à l’abbaye prémontrée de Neustift.

Catégories

Recherche d'événement

Inscription à la newsletter

Rechercher

Nos coordonnées

Abbaye Saint-Martin de Mondaye
14250 Juaye-Mondaye
Tél. 33 (0)2.31.92.58.11
Fax 33 (0)2.31.92.08.05
Nous écrire par email
logoabbayesnormandes logonormandiequalitetourisme

Partager !
Port du masque

Le COVID 19 continue de se propager.

Accroissons notre vigilance dans le respect des gestes barrière.

Le port du masque est OBLIGATOIRE dans l’église pendant la messe et les offices.

Merci de votre compréhension.