Imprimer

2019 01 02 CantateDomino2Depuis plusieurs années, la communauté organise la session Cantate Domino, entre Noël et le jour de l'an. 25 jeunes, âgés de 18 à 27 ans, y ont participé cette année, « pour s'approcher de Dieu par la beauté du chant », selon le slogan de cette session.

 

 

F. Godefroid, le directeur de la session, est un religieux comblé : « dès la première répétition, j'ai senti que le choeur se formait. Quelle joie d'entendre ces voix qui n'avaient encore jamais chanté ensemble, s'unir si harmonieusement ». Cantate Domino, c'est plusieurs heures de répétition chaque jour, auxquelles s'ajoutent des cours de technique vocale avec Isabelle Frémau. Cantate Domino, c'est aussi chanter dans tous les interstices de notre vie, y compris en faisant la vaisselle, ou en mettant le couvert.

 

 

2019 01 02 CantateDomino3Avec un rythme aussi effréné, nul doute que le travail paie. Chaque jour, les sessionistes chantent à la messe et aux vêpres, montrant l'étendue de leur répertoire, et la diversité des langues. En effet, à Cantate Domino, on chante en français, en latin, mais aussi en anglais et en allemand. La communauté et les autres hôtes du monastère en profitent. Toutefois, le rayonnement de la session est plus large : un magnifique concert spirituel a été proposé, pour lequel l'église était pleine. Si l'écho des voix s'est tu après s'être longuement répercuté sous les voûtes de notre abbatiale trois fois centenaire, nul doute que cet écho continue de vivre à l'intérieur des cœurs de tous ceux qui avaient répondu présent. À travers ce concert, proposé à l'avant-veille du passage à la nouvelle année, nos âmes ont été saisies, et ont pu s'approcher de Dieu, car c'est pour Lui que nous chantons, et c'est Lui que nous chantons. Au terme de cette nouvelle édition de la session Cantate Domino, grâce à tous les participants, c'est par toute notre vie que nous voulons chanter le Seigneur, et Le louer éternellement. « Que votre cœur se conforme à ce que chantent vos lèvres », disait d'ailleurs notre Père S. Augustin.

 

C'est pour cette raison qu'à minuit le 31, tout le monde s'est retrouvé comme un seul homme, devant le Saint-Sacrement, afin de rendre grâce pour 2018 et de confier 2019, qui commence. Y-a-t-il une plus belle manière de nous souhaiter une belle et sainte année ?