Intention de prière ?

Index de l'article

Or à l’été 1792, tandis que le pape a condamné cette « Eglise constitutionnelle » organisée sans l’aval de Rome, le roi est jeté en prison, la République est proclamée, et elle presse maintenant les prêtres de prêter le serment : nombre d’entre eux sont inquiétés – voire massacrés, comme les prêtres emprisonnés aux Carmes à Paris, début septembre. C’est dans ce contexte de terreur que des milliers de prêtres français prennent le chemin de l’exil. Pierre-Adrien s’embarque alors précipitamment pour Jersey, fuyant le Régime impie. Une fois arrivé dans l’Ile – où plusieurs centaines de prêtres coutançais se sont réfugiés – il comprend son erreur : n’étant pas curé, il n’avait pas à prêter le serment et aucune raison de s’exiler. Soucieux des chrétiens laissés à l’abandon en Normandie, il décide de revenir discrètement.

Débarqué à Portbail vers le 20 octobre, il prend le maquis. Nous perdons sa trace pendant neuf mois : sans doute a-t-il passé de maison en maison, portant dans son petit sace sa soutane blanche, ses ornements liturgiques et son calice, et célébrant clandestinement les sacrements.

Entre temps, le Comité de Salut Public de Paris a décidé de mettre fin à l’existence des prêtres réfractaires, clandestins « antipatriotes », on fait des listes et on réclame des dénonciations. Le 2 septembre 1793, épuisé par cette vie itinérante, Pierre-Adrien est découvert caché dans un grenier chez la Dame Marotte Fosse qui l’a recueilli. Arrêté, il est conduit à la prison de Carentan.

Inscription à la newsletter

Rechercher

Nos coordonnées

Abbaye Saint-Martin de Mondaye
14250 Juaye-Mondaye
Tél. 33 (0)2.31.92.58.11
Fax 33 (0)2.31.92.08.05
Nous écrire par email
logoabbayesnormandes logonormandiequalitetourisme

Partager !