Il pleuvait, paraît-il, au dire des témoins oculaires, le 8 octobre 1934, jour de la dédicace de notre abbatiale. C’était un peu ennuyeux car le rituel prévoyait d’abord que l’évêque, Mgr François-Marie Picaud, qui était, comme Zachée, de petite taille (la comparaison s’arrête sans doute là) avec le clergé, la communauté et tout le peuple, devait faire d’abord deux fois le tour extérieur de l’église, en aspergeant les murs d’eau bénite. Puis l’évêque frappait à la porte fermée de l’église, comme lors des Rameaux, en demandant : portes levez vos frontons, selon le psaume 23. Mais les portes ne s’ouvraient pas et tout le monde devait faire une troisième fois le tour de l’église, en aspergeant encore les murs. Revenant à la porte d’entrée, l’évêque reposait la question et enfin la porte s’ouvrait. Mais la pluie ne fait pas peur aux normands qui savent que le soleil revient vite. Et l’évêque, qui lui, était breton, était habitué aux embruns. Telle fut donc la cérémonie dont nous fêtons aujourd’hui l’anniversaire.

La dédicace d’une église est en effet la fête au cours de laquelle un édifice est voué à la rencontre entre Dieu et son peuple, à la célébration de l’Alliance, des noces qui unissent le peuple de Dieu au Christ, pour se tourner dans l’Esprit Saint vers Dieu et l’appeler Père ! Peut-être est-ce la plus complète et la plus significative des cérémonies liturgiques, une manifestation éclatante et joyeuse de l’Eglise. Et il est heureux qu’aujourd’hui, anniversaire de la dédicace de notre église abbatiale, notre assemblée soit nombreuse. Au sortir des persécutions des premiers siècles, on vit surgir de nombreuses basiliques chrétiennes et leur dédicace constitua comme un grand cri de joie, comme en témoignent les écrits des historiens et des pères de l’Eglise.

 

Comment se déroule une dédicace ? On peut dire que c’est en quelque sorte comme si on appliquait à l’édifice, comme à une personne vivante, les rites de l’initiation chrétienne. Le rite actuel est un peu différent de l’époque. Dom Robert Le Gall, quand il était abbé de Kergonan, en a donné une belle description dont je m’inspire largement. On entre en effet en procession, les portes sont solennellement ouvertes comme lors du baptême et l’évêque asperge d’eau bénite le peuple présent, les murs intérieurs et l’autel de l’Eglise. Après cela, il montre le lectionnaire, le livre des saintes Ecritures, au peuple en disant : « Que toujours résonne en cette demeure la Parole de Dieu ; qu’elle vous révèle le mystère du Christ et opère votre salut dans l’Eglise ».

portrait

Inscription à la newsletter

Rechercher

Nos coordonnées

Abbaye Saint-Martin de Mondaye
14250 Juaye-Mondaye
Tél. 33 (0)2.31.92.58.11
Fax 33 (0)2.31.92.08.05
Nous écrire par email
logoabbayesnormandes logonormandiequalitetourisme