Si nous avons 51 dimanches dans l'année pour méditer sur 3 années de la vie de Jésus, nous n'en avons qu'un seul pour contempler 30 années de cette vie qu'on dit cachée, et dont la Sainte Ecriture ne nous dit quasiment rien, mais ceci n'a pas empêchés la piété qu'on dit populaire de représenter, d'imaginer ce que fut cette vie cachée au sein de cette famille, la sainte famille.

La crèche en papier rocher, les bergers des santons de Provence et leurs petits moutons, le bœuf et l’âne gris, soufflant sur le petit Jésus pour le réchauffer… Tout cela risque bien de nous laisser une image doucereuse de la Sainte Famille et de nous faire considérer le mystère de l’Incarnation, comme un beau conte de fées pour enfants ! Mais, si nous méditons en profondeur les récits de l’enfance du Christ, on comprendra que cette famille « attendrissante » était une famille bien réelle, dont l’existence a commencé douloureusement sur les chemins de l’Exil pour échapper à un horrible massacre de nouveau-nés…

Alors, si l'Eglise veut cette fête, et nous sommes l'Eglise… c'est que nous sommes invités à une double contemplation, d'abord celle du mystère de l’acte foi, en acceptant que s’accomplissent les Ecritures, dans les évènements qui se sont déroulés après la Nativité… dans ce cadre que fut justement la sainte famille, et ensuite la contemplation du mystère de l’offrande, lorsque Marie et Joseph se présentent au Temple, avec cet enfant si fragile, pour offrir le sacrifice prescrit par la Loi du Seigneur.

En effet, contempler la sainte famille, ce matin, c’est pouvoir regarder d’abord, ce qui a été la réalité profonde de ces 30 ans de vie cachée, c'est à dire le mystère d'un acte de foi, lorsque la vie se déroule devant le mystère de Dieu… qui nous échappera toujours.

L'acte de foi, est évoqué dans la Genèse, lorsqu’Abraham presque centenaire, sans descendance de sa femme légitime, vieille aussi, accueille la promesse d'avoir un héritier : Abraham eut foi dans le Seigneur, et le Seigneur estima qu'il était juste.

C'est aussi la méditation de l'auteur de l'épître aux Hébreux qui, dix siècles plus tard, revient sur l'aventure d'Abraham et de Sara, et qui fait de leur foi, la clé d'interprétation de leur histoire.

portrait

Inscription à la newsletter

Rechercher

Nos coordonnées

Abbaye Saint-Martin de Mondaye
14250 Juaye-Mondaye
Tél. 33 (0)2.31.92.58.11
Fax 33 (0)2.31.92.08.05
Nous écrire par email
logoabbayesnormandes logonormandiequalitetourisme