Il fit un fouet avec des cordes,
et les chassa tous du Temple.

Prenons le temps de regarder ce geste.

Le fouet claque, il dompte l’animal sauvage, le fouet tranche, brûle, coupe, dénonce, chasse et sépare ! Il est inexorable. Le fouet est le signe de la radicalité de Dieu, du primat de Dieu : dans le Temple, nul autre que Dieu ne doit être adoré ! Aucune idole. Dieu est un Dieu jaloux ! Tu ne feras aucune idole. Ce matin, le fouet, c’est la Parole de Dieu elle-même, et pas n’importe quelle parole, celle du Décalogue, les 10 commandements.

Toute société humaine se donne des lois. Il semblerait que la nôtre les multiplie et veut même en ajouter sans cesse. Il y eut un temps où les lois rassemblaient les hommes entre eux, au sein d’une même société. Aujourd’hui, on dirait que les lois les divisent, cherchant non pas à les unir en vue du bien commun, mais à les atomiser en de multiples revendications individuelles et parcellaires. Il est bon, au cœur du Carême, pour nous autres chrétiens, de réentendre la Loi que Dieu nous a donnée. Il y a les lois que les hommes se donnent, elles n’ont pas toujours la garantie d’être justes, bonnes et vraies. Aussi est-il bon de les mesurer à la Loi que Dieu nous donne.

Cette Loi divine commence justement par un coup de fouet : Je suis le Seigneur ton Dieu qui t’ai fait sortir du pays d’Egypte, de la maison d’esclavage. Des fouets des Egyptiens maltraitant les Hébreux, il faut se souvenir ! Tu n’auras pas d’autres dieux en face de moi. Dieu veut nous rappeler une chose : lui seul est la référence, la mesure. Il nous met en garde contre toute tentation de nous tourner vers une autre mesure que lui. Et l’autre, c’est évidemment nous-même : c’est la tentation de l’auto-référencement, l’opposition au premier des commandements. Dieu rappelle à Israël que celui qui l’a rendu libre, c’est Dieu, ce n’est pas Israël qui s’est sorti lui-même tout seul d’Egypte. Si l’homme veut être libre, qu’il reconnaisse que sa liberté lui vient de Dieu ! Sinon, il redeviendra esclave ou il se comportera comme Pharaon à l’égard des Hébreux, il dominera les autres, créés pourtant comme lui à l’image de Dieu et appelé à partager sa gloire.

portrait

Inscription à la newsletter

Rechercher

Nos coordonnées

Abbaye Saint-Martin de Mondaye
14250 Juaye-Mondaye
Tél. 33 (0)2.31.92.58.11
Fax 33 (0)2.31.92.08.05
Nous écrire par email
logoabbayesnormandes logonormandiequalitetourisme