Dans la prière d’ouverture, aujourd’hui, nous avons demandé au Christ qu’il nous donne de vénérer le mystère de son corps et de son sang. Comment ? Le vénérer d’un si grand amour que nous puissions recueillir sans cesse le fruit de la rédemption. Aimer davantage, mieux aimer l’Eucharistie, telle est notre prière aujourd’hui. L’eucharistie n’est pas l’objet d’une simple piété personnelle, comme on pourrait bien aimer telle ou telle prière, tel ou tel saint, telle ou telle pratique religieuse. C’est beaucoup plus grand et cela dépasse nos goûts ou nos modes passagères. L’eucharistie est vraiment un grand mystère : c’est là que se construit l’Eglise, corps du Christ. C’est là que le Salut s’actualise pour nous. C’est là que nous pouvons rendre un culte véritable à Dieu, en nous unissant au sacrifice d’action de grâce du Fils à son Père, afin que nous aussi, poussés par l’Esprit, nous nous offrions nous-mêmes à Dieu, que nous fassions de notre vie une éternelle offrande à la gloire de Dieu ! Oui, il est grand le mystère de la foi ! Mystère de la proximité de Dieu et sacrement d’une mystérieuse transformation. Proximité et transformation : je voudrais m’arrêter sur ces deux réalités.

Mystère de la proximité de Dieu : Dieu se fait proche, approchons-nous de lui. Saint Augustin a cette phrase étonnante : tu étais avec moi et je n’étais pas avec toi ! Tu étais au-dedans de moi et moi au-dehors ! S’approcher de Dieu, cela veut dire le fréquenter. Dès le début du christianisme, l’Eglise a fêté le jour de la résurrection et célébré l’eucharistie chaque dimanche, ce premier jour de la semaine devenu le jour du Seigneur. La pratique de l’eucharistie chaque dimanche est pour le chrétien le premier moyen de s’approcher du Seigneur. « L’Eglise fait obligation aux fidèles de participer les dimanches et les jours de fête à la divine liturgie », rappelle le Catéchisme de l’Eglise Catholique au n° 1389. Nous obéissons ainsi au commandement d’honorer le Seigneur, qui s’enracine dans le respect du jour du sabbat, le 4e commandement. Plus nous fréquentons l’eucharistie, plus nous comprenons que c’est vital pour nous. Souvent à l’âge de l’adolescence, on est tenté de prendre de la distance parce que l’on s’ennuie, mais si l’on persévère, alors on découvre peu à peu combien le Seigneur nous nourrit d’un pain qui fortifie, indispensable pour nos vies.

Nous pouvons aussi accroître notre amour de l’eucharistie en allant à la messe en semaine. Parce que nous y accomplissons une démarche plus personnelle, cela nous aide à approfondir ce mystère dans la prière et l’écoute de la Parole de Dieu au quotidien.

Notre amour de l’eucharistie peut se vivre dans le silence de l’adoration. Que ce soit l’adoration du Seigneur présent dans le tabernacle ou l’adoration de l’hostie exposée dans un ostensoir. Prenons le temps de l’adoration silencieuse du Saint-Sacrement. Bien des gens peuvent témoigner qu’un rendez-vous hebdomadaire d’adoration silencieuse change leur vie, surtout lorsqu’elle est par ailleurs très occupée. Ici chaque samedi avant les vêpres, une adoration est proposée. Et pour les frères aussi chaque mercredi soir après les vigiles. Les chrétiens aiment depuis longtemps voir l’hostie pour l’adorer. De même qu’on montre à certaines occasions les reliques des saints, le désir de voir l’hostie a conduit à développer des ostensoirs puis, à partir du XIVe siècle, des processions avec le Saint-Sacrement. Dieu se fait proche des hommes. En marchant à la suite du Saint-Sacrement, en faisant une procession là où nous vivons, nous voulons signifier le mystère de l’Incarnation, Dieu avec nous, l’Emmanuel. Mais faisons attention : il nous faut toujours faire un acte de foi pour croire que l’hostie est vraiment le Corps du Christ, et pas n’importe quel corps, le corps du Christ ressuscité, ce corps sur lequel on ne peut pas mettre la main (souvenez-vous de Jésus rencontrant Marie-Madeleine le jour de Pâques), le corps dont Jésus est la tête et dont nous sommes les membres. Le Corps du Christ n’est pas seulement l’hostie, mais bien la communauté de ceux qui croient au Christ, le sacrement de l’Unité.

portrait

Inscription à la newsletter

Rechercher

Nos coordonnées

Abbaye Saint-Martin de Mondaye
14250 Juaye-Mondaye
Tél. 33 (0)2.31.92.58.11
Fax 33 (0)2.31.92.08.05
Nous écrire par email
logoabbayesnormandes logonormandiequalitetourisme

Partager !