Intention de prière ?

Index de l'article

Sursum corda. Habemus ad Dominum. A chaque messe, le dialogue qui ouvre la préface est comme une ascension : élevons notre cœur, nous le tournons vers le Seigneur. Mais pour participer vraiment à ce que nous formulons par nos lèvres, il peut être bon d’accompagner ces mots d’un acte profond d’espérance, à ce moment particulier de la messe. Espérer que les biens que nous allons recevoir en cette eucharistie produisent leur effet dans nos vies, individuellement et ensemble. Parce que les sacrements ne sont ni magiques ni automatiques. Ils agissent si nous coopérons à la grâce. Et l’espérance est une force pour dire oui à Dieu. Il est beaucoup question de force dans les textes d’aujourd’hui. Saint Paul parle de la puissance, l’énergie, la force, la vigueur que le Père a mise en œuvre dans le Christ en le ressuscitant des morts et en le faisant monter aux cieux et siéger à sa droite. Cette puissance, cette énergie, cette force, cette vigueur, il la déploie pour nous, les croyants. C’est un don incroyable ! La puissance même de la résurrection et de l’Ascension, peut agir en nous. Comment ? Bien sûr en nous donnant une force qui vient sur nous, l’Esprit Saint, le Don du Père et du Fils. Mais concrètement dans nos vies, l’Esprit Saint agit en soutenant cette vertu d’espérance qui est, encore une fois, une véritable force dans nos existences. Celui qui n’a pas d’espérance est sans force. Celui qui espère peut marcher jusqu’au bout, traverse les contradictions, les persécutions, les épreuves, non pas seul, mais avec le Christ, lui qui possède tout pouvoir, toute autorité. Il y a 4 fois l’adverbe « tout » dans l’Evangile : tout pouvoir, au ciel et sur la terre ; de toutes les nations : le salut est offert universellement, sans autre restriction que la liberté de chacun ; observer tout ce que Jésus nous a commandé ; et enfin Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde.

L’espérance est différente de l’espoir. L’espoir s’appuie sur des moyens humains pour obtenir quelque chose, moyens à notre portée, d’une manière ou d’une autre. L’espérance, elle, attend un bien que l’homme se sait incapable d’atteindre par lui-même. Il est mis dans une situation radicale de pauvreté. Il y a un domaine très concret où nous expérimentons cette pauvreté, et qui est souligné par les Actes des Apôtres : il y a une chose que ne maîtrisent pas les disciples, c’est le temps. Pendant 40 jours, et nous y sommes, Jésus s’est montré à ses disciples, vivant, ressuscité. Et il leur demande maintenant d’attendre que s’accomplisse la promesse du Père, d’attendre un don qui va venir d’ici peu de jours. Les disciples eux, voudraient posséder le temps. Est-ce que ce pouvoir est pour maintenant, demandent-ils ? Vas-tu maintenant rétablir le royaume pour Israël ? Jésus leur répond qu’il ne leur appartient pas de connaître les temps et les moments. Dieu seul est maître du temps. Il est bon de s’en souvenir parfois, surtout quand on s’impatiente pour telle ou telle raison, même excellente, comme en ce moment où beaucoup de fidèles s’impatientent de retrouver la messe. Mais vous allez recevoir une force. Ne restez pas le nez en l’air à regarder le ciel.

portrait

Inscription à la newsletter

Rechercher

Nos coordonnées

Abbaye Saint-Martin de Mondaye
14250 Juaye-Mondaye
Tél. 33 (0)2.31.92.58.11
Fax 33 (0)2.31.92.08.05
Nous écrire par email
logoabbayesnormandes logonormandiequalitetourisme

Partager !
Port du masque

Le COVID 19 continue de se propager.

Accroissons notre vigilance dans le respect des gestes barrière.

Le port du masque est OBLIGATOIRE dans l’église pendant la messe et les offices.

Merci de votre compréhension.